Jean le Messager d'Amour : Huitième anniversaire du départ de Jean au ciel .....

Publié le par monSeigneur et monDieu

Jean le Messager d'Amour : Huitième anniversaire du départ de Jean au ciel .....

       ..attendre c'est rester dans l'espérance !

Bien chers amis en Jésus et Marie,
A la demande de notre cher fils Jean et depuis 1997 nous sommes une dizaine d'amis qui nous nous réunissons chaque semaine pour prier le Rosaire à l'intention de nos saintes Âmes du Purgatoire. Nous avons sélectionné ce message qui nous indique la route à suivre pour cheminer vers la Voie Royale. Il est certain que nos activités respectives, de même que nos problèmes familiaux, ne doivent d'aucune manière dégrader notre santé, et encore moins notre vie spirituelle....
Avec toute notre plus grande affection et en union de prières
Robert et Yvette

Petit rappel : Le 13 décembre 1996, Jean meurt d’une hémorragie interne, il avait 43 ans. Par locutions intérieures, il adresse à ses parents (Yvette et Robert) des messages d’amour, d’espoir et de bonheur par lesquels il leur demande de prier pour les défunts.
 
Depuis 1997 et quelques temps après le départ de notre cher fils Jean, suivant le Plan de Dieu nous avons eu la grâce de recevoir des messages du Ciel... Il est à noter que par les messages qui ont été diffusés tout a été dit plusieurs fois. Jean nous demande, qu'à compter de ce jour (Jean, votre messager d'Espérance : Choisissez la vie - 11.09.2013 ), nous prenions les messages anciens, en précisant leur date d'émission. Ils pourront correspondre aux différents événements. Ces envois seront hebdomadaires et bien évidemment mis sur le site internet.
 
Livre Tome 4 : Le temps presse, rallumez vos lampes
Page 220 : Message reçu de notre fils Jean le 12 décembre 2004 pour le huitième anniversaire de son départ au Ciel.

✶ ✶ ✶
 

« Chers amis et frères dans l’amour
Merci mes bien chers amis, merci à ceux qui m’ont bien connu et qui me sont restés fidèles, et merci également à ces pieux prêtres qui vous accompagnent et à tous vos amis qui sont également les miens.
.

           la vrai vie ...celle de  la Jérusalem céleste ...

C’est grâce aux livres et à vos relations, que, ce soir, vous êtes réunis dans cette église pour fêter ma huitième année dans la vraie vie, celle de la Jérusalem céleste, dont un jour, j’aurai l’infini bonheur de tous vous accueillir.
Vous vivez le temps de l’Avent, un temps qui vous rappelle que vous devez rester éveillés ; priez chacun à votre manière, mais tous avec l’espérance du Ciel où le ravissement vous attend.
Oui, vous qui êtes réunis ce soir, vous ne pouvez oublier que vous avez la responsabilité de rendre le Royaume de Dieu présent dans le monde d’aujourd’hui, là où vous êtes, autant dans votre famille que dans votre devoir d’état.
Vous devez non seulement proclamer en paroles la présence du Royaume, mais le vivre par vos actes!
Évidemment, la vie humaine est une longue série d’attentes... Mais attendre, c’est rester dans l’espérance !

Dans vos vies, combien d’attentes n’entraînent-elles pas également des angoisses que vous pouvez dépasser à la seule condition de vous laisser conduire par la divine providence ?
Auprès de vous tous, je me manifeste bien souvent par des signes et en vous guidant vers le bon chemin.
Ne l’avez-vous pas constaté ?

Mais, par tout notre amour du Ciel, et celui de vos parents de l’Éternité qui sont, ce soir, si présents, petit à petit, la lumière percera au plus profond de votre être.
Soyez encore plus proches de nous en vous abandonnant aux mains de la Providence, donc à l’amour de Dieu..

Au Ciel, votre bonheur nous est tellement cher !
Mais c’est uniquement par la paix intérieure que vous y parviendrez.
Oui, chacun de vous, d’une manière si différente, chemine vers la Voie Royale.

          ...aux mains de la Providence ...
Vos activités respectives, de même que vos problèmes familiaux, ne doivent en aucun cas altérer votre santé, et encore moins votre vie spirituelle !
Quand vous aurez dégagé vos yeux de toutes leurs écailles, vous verrez les autres tels qu’ils sont, certes avec leurs péchés, mais également avec toute leur richesse spirituelle et tout ce qu’ils ont de bon en eux.
N’oubliez pas qu’ils sont, tout comme vous, des créatures de Dieu qui marchent sur le chemin de la purification. Le terme de votre route est clair, c’est la maison du Seigneur.
Et, pour m’y retrouver, relisez et méditez ensemble le psaume 22.

Offrez vos sacrifices et vos prières pour toutes les générations qui vous ont précédés et qui constituent l’arbre généalogique de chacun de vous, car certains payent encore leurs dettes en purgatoire.
De même, priez et agissez pour celles et ceux qui, sur votre terre, ont perdu leurs repères et qui parfois vous désespèrent...
Dans toute la mesure du possible, évitez de perdre votre temps. Consacrez-le à aider votre prochain, en particulier sur le plan spirituel.
Vous serez toujours gagnants, car les vraies valeurs résident au Ciel.
Et c’est bien là qu’avec toute votre famille du Ciel, qui est tellement nombreuse et éclatante d’amour, nous vous attendons dans un amour purifié, glorifié et transformé.                                                                         
Priez et agissez ....

Offrez au Seigneur tout votre être, comptez sur l’amour de vos parents et amis de l’éternité et de moi-même, messager de toute la tendresse du Ciel.
Fortifiez votre foi et l’Esprit Saint sera votre guide.

Que Notre Seigneur et sa très Sainte Maman vous protègent, et avec toute votre famille de l’éternité, moi, Jean, votre humble serviteur, je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint- Esprit.


Votre Jean dans l’amour »

Psaume 22 : (La Bible de Jérusalem, 1998) :

Prière du serviteur souffrant : pourquoi tant de solitude ? En criant vers le Père, au cœur de sa souffrance, Jésus nous a donné les mots qui ouvrent l'espérance. Dieu n'abandonne jamais ses enfants. Qu'ils exultent de joie ceux qui ont remis leur vie entre ses mains ! Qu'ils proclament son œuvre de grâce !

Du maître de chant. Sur "la biche de l'aurore." Psaume. De David.

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? Loin de me sauver, les paroles que je rugis !
Mon Dieu, le jour j'appelle et tu ne réponds pas, la nuit, point de silence pour moi.
Et toi, le Saint, qui habites les louanges d'Israël !
en toi nos pères avaient confiance, confiance, et tu les délivrais,
vers toi ils criaient, et ils échappaient, en toi leur confiance, et ils n'avaient pas honte.
Et moi, ver et non pas homme, risée des gens, mépris du peuple,
tous ceux qui me voient me bafouent, leur bouche ricane, ils hochent la tête
"Il s'est remis à Yahvé, qu'il le délivre ! qu'il le libère, puisqu'il est son ami !"
C'est toi qui m'as tiré du ventre, ma confiance près des mamelles de ma mère;
sur toi je fus jeté au sortir des entrailles; dès le ventre de ma mère, mon Dieu c'est toi.
Ne sois pas loin : proche est l'angoisse, point de secours !
Des taureaux nombreux me cernent, de fortes bêtes de Bashân m'encerclent;
contre moi bâille leur gueule, lions lacérant et rugissant.
Comme l'eau je m'écoule et tous mes os se disloquent; mon cœur est pareil à la cire, il fond au milieu de mes viscères;
mon palais est sec comme un tesson, et ma langue collée à ma mâchoire. Tu me couches dans la poussière de la mort.
Des chiens nombreux me cernent, une bande de vauriens m'entoure; comme pour déchiqueter mes mains et mes pieds.
Je peux compter tous mes os, les gens me voient, ils me regardent;
ils partagent entre eux mes habits et tirent au sort mon vêtement.
Mais toi, Yahvé, ne sois pas loin, ô ma force, vite à mon aide;
délivre de l'épée mon âme, de la patte du chien, mon unique;
sauve-moi de la gueule du lion, de la corne du taureau, ma pauvre âme.
J'annoncerai ton nom à mes frères, en pleine assemblée je te louerai
"Vous qui craignez Yahvé, louez-le, toute la race de Jacob, glorifiez-le, redoutez-le, toute la race d'Israël."
Car il n'a point méprisé, ni dédaigné la pauvreté du pauvre, ni caché de lui sa face, mais, invoqué par lui, il écouta.
De toi vient ma louange dans la grande assemblée, j'accomplirai mes vœux devant ceux qui le craignent.
Les pauvres mangeront et seront rassasiés. Ils loueront Yahvé, ceux qui le cherchent "que vive votre cœur à jamais !"
Tous les lointains de la terre se souviendront et reviendront vers Yahvé; toutes les familles des nations se prosterneront devant lui.
A Yahvé la royauté, au maître des nations !
Oui, devant lui seul se prosterneront tous les puissants de la terre, devant lui se courberont tous ceux qui descendent à la poussière et pour celui qui ne vit plus,
sa lignée le servira, elle annoncera le Seigneur aux âges
à venir, elle racontera aux peuples à naître sa justice il l'a faite !


Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

Commenter cet article