Jean le Messager d'Espérance : : Avant de voir les défauts des autres, corrigez les vôtres

Publié le par monSeigneur et monDieu

Jean le Messager d'Espérance : : Avant de voir les défauts des autres, corrigez les vôtres

Bien chers amis et amies en Jésus et Marie,
Le Seigneur Dieu demande a chacun de vous d’aider les autres à vivre sainement et saintement. Comme le dit notre bien-aimé Jean, il est habituel de ne voir chez vos prochains que leurs défauts ; et penser que ce qu’ils font de bien est normal !
La bonne attitude est d'estimer que les autres peuvent être meilleurs que vous.
Avec toute notre plus grande affection et en union de prières
Robert et Yvette

 
Petit rappel : Le 13 décembre 1996, Jean meurt d’une hémorragie interne, il avait 43 ans. Par locutions intérieures, il adresse à ses parents (Yvette et Robert) des messages d’amour, d’espoir et de bonheur par lesquels il leur demande de prier pour les défunts.
 
Depuis 1997 et quelques temps après le départ de notre cher fils Jean, suivant le Plan de Dieu nous avons eu la grâce de recevoir des messages du Ciel... Il est à noter que par les messages qui ont été diffusés tout a été dit plusieurs fois. Jean nous demande, qu'à compter de ce jour (Jean, votre messager d'Espérance : Choisissez la vie - 11.09.2013 ), nous prenions les messages anciens, en précisant leur date d'émission. Ils pourront correspondre aux différents événements. Ces envois seront hebdomadaires et bien évidemment mis sur le site internet.

Livre Tome 7 : Choisir l'amour de Dieu
Page 115 : Avant de voir les défauts des autres, corrigez les vôtres - Message du 4 décembre 2011 -

 
✶ ✶ ✶
 
.... apprendre à porter le fardeau les uns des autres ....
 « Vous avez souvent à endurer les défauts des autres, de même que leurs infirmités ; mais pensez qu’il y a aussi bien des choses, en vous, que votre prochain doit supporter. Il est certain que vous aimez bien celui qui est sans défaut, mais vous négligez de corriger les vôtres ...
Le Seigneur Dieu a bien dit que vous avez à apprendre à porter le fardeau les uns des autres, car chacun a bien son fardeau !

Il est nécessaire que, mutuellement, vous vous supportiez et vous vous secouriez. C’est bien quand vous êtes dans le malheur et dans l’adversité que vous constaterez les vertus de ceux qui vous écouteront, vous soutiendront et aideront. 
C’est dans ces moments que vous vous rendrez compte de toute votre fragilité. 
Dans certaines circonstances, vous risquez de manifester un amour-propre difficile et irritable, alors que vous devriez rester doux et patient.... A ce moment-là, tournez votre regard sur vous-même, et peut-être constaterez-vous que vos frères ont à souffrir de vous.
Il est habituel que les défauts des autres vous paraîtront bien plus évidents et visibles que leurs qualités, et vous penserez que ce qu’ils font de bien est la moindre des choses.
Par exemple, demandez à une personne quel est son principal défaut et elle trouvera facilement de quoi direz, car elle a l’embarras du choix. Quant à sa principale qualité, elle pourra marquer de l’hésitation.
 Cela est identique à l’égard de Dieu : pourquoi tant de gens ont-ils du mal à croire en un Dieu bon ?
 Tout simplement parce qu’ils voient d’abord, tout comme vous peut-être, tout ce qui ne va pas dans le monde, en ignorant tout ce qui peut être positif. 
Estimer que les autres sont meilleurs que vous est une bonne attitude.
Ce qui vous rend vraiment la vie pénible et difficile, c’est le fait de voir le mal chez les autres, en vous-même et dans le monde ; vous aurez alors un regard amer, désabusé, qui sera la conséquence de votre manière de toujours critiquer, de ne jamais être content.

C’est à cause de cela, que vous devez réagir efficacement en discernant en chacun le bien et ses possibilités de bien.
Devant les défauts des autres, devant les difficultés à vivre ensemble, devant la fatigue à les supporter, Dieu vous demande non pas d’être des redresseurs de torts, mais d’aider votre prochain à vivre, à avoir le courage de discerner ce qui est bon... 
Vous n’avez pas, au nom de Dieu, la mission de faire la morale aux autres, mais il est de votre devoir de croire en la bonté du Seigneur, en cette bonté qui est à l’œuvre en vous, chez l’autre, et dans chaque être humain. 
Et ainsi vous devez en témoigner. 

 

Jean, messager d'Espérance »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article