MESSAGE LIBÉRATEUR PAR UNE PRIÈRE DE JÉSUS DONNÉE À SES PRÊTRES Via Lucie du Québec - Dimanche 9 Juillet et lundi 10 Juillet 2017

Publié le par monSeigneur et monDieu

MESSAGE  LIBÉRATEUR PAR UNE PRIÈRE DE JÉSUS DONNÉE À SES PRÊTRES Via Lucie du Québec - Dimanche 9 Juillet et lundi 10 Juillet 2017

 DEMANDE DE PARDON ENVERS DIEU POUR LE SALUT ÉTERNEL.

Je demande pardon pour toutes offenses, petites ou grandes, à Ta Volonté Seigneur  lors de tous les services donnés en Ton Nom.  De plus, d’avoir négligé de te servir très humblement lors des célébrations, manquant d’un grand amour pour toi, d’un profond respect, d’une foi inébranlable et parfois trop brièvement, manquant de piété pour célébrer ton grand Mystère pascal. 

Aussi d’avoir négligé de donner Ton Eucharistie et Ton Précieux Sang de manière conforme à Ta Très Grande Volonté à tes yeux, envers tes enfants, permettant des sacrilèges ou des profanations, des messes noires, en te donnant dans les mains des fidèles au travers les années de mon sacerdoce.  J’ai fermé mes yeux et mon cœur sur l’essentiel à tes yeux car je suis comme Pierre, dans la barque, si fragile.

 Oh!  Seigneur, des milliers de pieds ont piétiné sur Toi, sur ton Corps et ton Sang par ma faute, à cause de mes peurs, de mes convictions personnelles, de ma pauvre foi et de mes négligences.  Je me devais de te protéger, toi mon seul Roi, mon seul Sauveur parce qu’au fond, je t’aime mon Jésus.  Prends-pitié de moi, Je ne voulais pas être jugé par les autres prêtres qui ont fait presque tous, comme moi, les mêmes erreurs dans la manière de te donner, négligeant le grand respect que tous nous te devons avec amour profond pour toi.

Mon cœur est lent à croire parfois et moi aussi, je suis coupable envers toi d’infidélité et de beaucoup d’orgueil.  J’ai eu peur des commentaires, des persécutions, de ce que j’aurais l’air devant les autres.  Je n’ai fait qu’endurer ma croix à moitié par manque de foi profonde.

Pardonne-moi de ne pas avoir exigé des fidèles plus de respect envers ton Eucharistie et ton Précieux Sang, pour demander l’accueil de ta Sainte communion à genoux et sur la langue, par tes enfants. J’ai suivi le troupeau des prêtres et les pasteurs pour plaire à tous en Église. Je ne peux maintenant nier ta très grande Volonté par ton don de foi.   On néglige encore dans ton Église la manière de te donner et de t’accueillir et qui te plaît, que tu nous demandes de respecter depuis si longtemps.  

Par mollesse et omission, on se tait, on laisse tout aller dans l’erreur au lieu de se battre au nom de notre foi et de la tradition, du Magistère de notre Église pour redresser ce qui est faux.  Merci de m’ouvrir les yeux car Je suis coupable d’avoir fait la sourde oreille lorsque j’entends, et de jouer à l’aveugle lorsque je vois, puisque je suis en désaccord de certains agirs non conformes en Église pour te servir fidèlement en tant que prêtre sacerdotal. 

Pardon Seigneur, on a la nuque si raide mon Jésus, tu nous l’avais dit dans l’Évangile!

De même, Seigneur, prends pitié de moi, car J’ai eu souvent peur de parler de tes Commandements avec conviction, cela n’est plus à la mode et acceptés facilement par tes enfants.  Je préfère parler que tu es Amour et Miséricorde; le discours passe mieux.  Hélas, pour ne pas les perdre tes enfants pour toi en ton Église, le peu qui fréquentent ta table Eucharistique et qui t’écoutent, qui ne t’ont pas abandonné et qui reviennent peu nombreux vers toi, lentement… Je suis en train de perdre moi-même mon salut, par orgueil et mes autres péchés.   Je voulais faire pour le mieux en te servant davantage par moi-même que par Tes grâces, qu’en accomplissant tes Volontés avec toute l’aide de ton Saint-Esprit.

J’ai tant négligé de prier le Rosaire et de T’adorer tous les jours, non seulement en mon cœur, mais devant ta Sainte-Présence te confiant si peu toutes les âmes sous ma responsabilité de prêtre.  Je me suis même égaré sous de mauvaises influences humaines, à l’occasion, recherchant les plaisirs au lieu de toi-même en premier, mon Jésus.  Oh!  Prends-pitié de moi mon doux Jésus!

Pourtant, je sais que la fidélité à Ton Nom et à mon sacerdoce, c’est précieux et sérieux, l’obéissance à tout évêque et au Magistère de l’Église.  Si Seigneur je T’ai offensé, sans le vouloir, durant mon sacerdoce de quelque manière que ce soit, d’une manière inconsciente, de grâce, pardonne-moi encore, toi qui sait tout!

Parfois, je crois avoir eu raison dans mes convictions, mais à tes yeux, j’ai eu mes torts souvent, je le sais.  Je devais d’abord t’obéir en toutes choses et ne chercher qu’à te plaire entièrement, par ma vie sacerdotale, pour sauver beaucoup d’âmes unies à toi et pour toi.  Oh!  Prends-pitié de moi Seigneur, de mes misères, des âmes perdues par ma faute, par mes négligences, mes fragilités, mes limites!

J’ai recherché malgré moi les honneurs et les premières places; parfois, les compliments.  J’ai parfois négligé d’aller me confesser, par paresse, afin de mieux pouvoir te servir avec des mains pures, une âme pure et sainte.  Prends pitié Seigneur, je ne suis qu’un pauvre serviteur devant toi!  Je ne savais pas qu’être prêtre comme toi c’était aussi grand…aussi difficile…aussi souffrant…autant d’efforts et de responsabilités, autant d’amour à accueillir et à donner. Prends pitié, je t’en prie Seigneur!  Oh! Seigneur, guéris-moi et pardonne-moi!

Puis ta « Vérité et ton Chemin », voici que Je veux l’accepter et te suivre dans tes pas maintenant pour toujours, fidèlement jusqu’au bout car tu es la Vie, oui, la Vie éternelle.  Et daigne, par la Sainte Vierge Marie et Ses prières, m’épargner du feu du purgatoire et de l’enfer en me purifiant entièrement dans ton Précieux Sang versé pour moi, pauvre pécheur et pauvre prêtre, afin que je Te rende gloire éternellement dans le Ciel pour prier avec les saints anges du Ciel.  Ceci pour sauver, à mon tour uni à Toi, toutes ces pauvres âmes sacerdotales sur la terre, n’ayant pas compris l’importance de Ta Très Sainte Volonté que Tu nous demandes d’accomplir par les vœux sacrés du sacerdoce.  Par pitié Seigneur, accorde-moi une sainte mort lorsque mon heure sonnera, malgré toutes mes fautes!

Ainsi, éternellement mon Dieu, je Te louerai pour tous tes bienfaits, pour Ton infinie Miséricorde envers moi, ton prêtre, qui ne désire que l’éternité bienheureuse. 

AMEN!

Publié dans Messages Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article