GAZA : OBAMA PARLE ENFIN DE… BEN LADEN

Publié le par monSeigneur et monDieu

jeudi 15 janvier 2009 par Raphaël CONFIANT


Aux premiers jours de l’attaque israélienne contre la bande de Gaza, le nouveau président élu des Etats-Unis, Barack Obama, se trouvait en vacances à Hawaï avec sa famille. Il y jouait au golf devant les journalistes, se baignait à la mer ou se rendait au MacDo avec ses filles.

Rien que de très normal. On était dans la période suivant Noël et précédant le jour de l’an, période où il est normal pour tout un chacun d’être en vacances, y compris lorsqu’on s’apprête à prendre les commandes de la première puissance mondiale.

Au troisième jour de la guerre à Gaza, c’est-à-dire 350 mort et 600 blessés palestiniens plus tard, la presse commença à s’inquiéter un peu du silence du futur locataire de la Maison Blanche.

« Je réfléchis à la situation et j’aurai beaucoup à dire » déclara Obama. Après tout, rien que de très normal puisque c’est Bush qui était encore le président en titre. Sans doute Obama devait-il respecter une sorte d’obligation de réserve. Soit !

Toujours est-il qu’au quatrième jour de la guerre, lorsque l’armée israélienne détruit l’Université de Gaza ainsi que deux écoles de l’ONU, Obama continua à réfléchir beaucoup. On en était à 400 morts et 700 blessés.

Au cinquième jour, lorsque des hélicoptères « Apache » israéliens pulvérisèrent des ambulances de la Croix-Rouge et du Croissant rouge qui allaient porter secours à des blessés, Obama continua à réfléchir et ne dit mot. On en était à 500 morts et 900 blessés.

Au sixième jour de la guerre, lorsque l’aviation israélienne bombarda des convois humanitaires de l’ONU, Obama se tut. Mgr Renato Martino, ministre de la justice du Vatican, lui, déclara que « Gaza ressemble à un camp de concentration ». On en était à 600 morts dont au moins 50% de femmes et d’enfants palestiniens et 1.000 blessés.

Au septième jour de la guerre, Israël bombarda des hôpitaux et des mosquées. On en arriva à 700 morts et 1.500 blessés. Condoleeza Rice déclara que c’était « la faute du Hamas ». Obama, lui, continua à réfléchir, ayant, comme il l’avait annoncé, « beaucoup à dire ». Au huitième jour de la guerre, bref….

Venons-en au 19è jour de la guerre, c’est-à-dire au mercredi 14 janvier, c’est-à-dire 1.040 morts et 5.000 blessés palestiniens plus tard. Israël, n’ayant plus rien à bombarder, ayant déjà pulvérisé grâce aux armes fournies par les Etats-Unis, bâtiments publics, écoles, université, mosquées, hôpitaux etc..détruit le plus grand…cimetière de Gaza.

Le monde entier, les peuples du monde entier sont dans la rue, criant que trop, c’est trop. Le président de la Croix-Rouge internationale, lors d’une brève visite à Gaza, a les larmes aux yeux devant les caméras de télévision, déclarant que ce qu’il a vu est « horrible » et « dépasse l’entendement ». Il dénonce le massacre des 350 enfants et des 170 femmes. Barack Obama lui réfléchit encore, en ce 19è jour de guerre, car il a beaucoup à dire.

Et puis soudain, miracle !

Ben Laden sort de sa tanière et appelle les musulmans du monde au Jihad en riposte à l’agression sioniste que subit le peuple palestinien. Miracle, ce cher Barack Obama, qui jusque là s’était soigneusement tu, sort de sa réserve et fait une déclaration publique. Obama, « le président de tous les Noirs du monde » selon l’expression d’un crétin obamaniaque, parle. Oui, il parle !

Miracle ! Il n’est pas muet comme on l’avait cru un instant.

Et que déclare celui qui n’est pas encore entré en fonction et qui avait jusque là utilisé l’obligation de réserve pour justifier son mutisme : « Ben Laden demeure le plus grand danger pour les Etats-Unis et le monde. »

Pas un mot sur les 1.500 morts et les 5.000 blessés palestiniens ! Pas un mot sur la destruction des écoles de l’ONU ! Pas un mot sur la destruction de l’Université de Gaza ! Pas un mot sur le bombardement des convois humanitaires de l’ONU ! Pas un mot sur la destruction d’ambulances du Croissant-Rouge et de la Croix-Rouge ! Pas un mot sur l’éventrement à coups de missiles du cimetière de Gaza !

Pas un mot ! RIEN !

ndb :  Les images ne sont pas de l'auteur, mais du bloggeur qui reprécise en l'occurrence : Le choix de certaines images , comme de certains propos, ne cherche non à choquer ;  mais à dénoncer  une forme d'hypocrisie sociale qui consiste à ne pas vouloir "voir", et à occulter un pan de la réalité, afin de pouvoir continuer à "dormir" avec bonne conscience.
Nos victimes ont aux moins ce droit : se montrer à nous sans fard,  nous déranger dans notre confortable inertie.
Car, je le répète, 
 nous somme en tant qu'humanité : tous responsables donc coupables !

Ce textes fait partie de ceux qui ont retenus mon attention, lors de ma promenade du 6 janvier 2009 sur le net (cf  Pawol boloko a Ektò Poulé).
 L'analyse de l'auteur à propos de l'inertie d'Obama rejoint entièrement la mienne.

Par ailleurs lors d'un commentaire un des lecteurs de ce blog, a semblé vouloir m'inviter à me positionner sur le conflit israélo-palestinien en me conviant, par réaction au massacre de Gaza, à arborer un "Kéfié".
J'ai répondu que : 
L’homme doit apprendre à implorer Dieu, à le prier, à l’adorer et n’agir que lorsque Dieu lui en intime l’ordre et là je ne reçois qu’un ordre : prier pour tous, mais pas de prendre position pour l’un en portant un signe extérieur.

Les seuls signes extérieurs que j’accepte d’arborer sont ceux de Dieu lesquels d’ailleurs risquent de me causer des difficultés quand viendra la tyrannie de l’impie. Mais il faut assumer ses choix et Dieu n’abandonne jamais sa créature.


J'ignorais alors ce qu'était un Kefié, maintenant je sais qu'il s'agit de l'écharpe, qui à mon sens en a prit un, lorsqu'on l'a identifié à Yasser Arrafat et donc au peuple Palestinien. Lors de ma recherche, j'ai également trouvé cet échange vieux de 2 ans qui m'a semblé pertinent :

      * Posté le: Sam Fév 03, 2007 : Je ne savais pas que ça portait le nom de "kieffeh" ni que ça avait une signification précise d'ailleurs... Je m'en suis acheté un noir et blanc, jaune et noir, vert et noir sur le marché (de st quentin!). Je m'en suis acheté un parce que je trouvais ça très jolie, que ça tenait bien chaud, et puis en résumé, pour l'allure en elle même, bref, la forme! Mais maintenant ça devient plutot une mode invisible plutot qu'une signification précise...

      * Posté le: Jeu Fév 08, 2007 : c'est bien... avec la nouvelle inculture aseptisée des djeunes, on va bientôt plus s'étonner d'en voir porter des croix gammées parce que "ça fait jolie" (et puis, le symbole on s'en fout hein )


Après coup, cela confirme ma position sur le principe de son port.
Mais cela ne signifie pas, pour autant, que je cautionne le sort de la population de Gaza, ni les autres tueries, viols massacres en tout genre qui se perpétuent de part le monde. Je m'insurge contre toute guerre quelqu'en soit le motif, toute atteinte à la vie de façon générale. Aussi ai-je tenu à montrer ce que ce jeune garçon a subi, dans son quotidien et dans sa chair. Si nous n'y prenons pas garde, nous somme tous menacés par ce genre d'agression et même par de pires. Il en va de notre survie à tous de maitriser, par grâce, nos instincts bestiaux, guerriers et meurtriers qui/que génèrent notre etnocentrisme et notre matérialisme.
  
Par la présentation de ce texte et de mes remarques, je tiens, particulièrement Salam, à manifester mon respect envers toi et ton peuple. Je continuerai à vous porter, ainsi que vos protagonistes, dans mes prières, nonobstant que je sache, que tu recherchais mon adhésion et non ma compassion.
Que le Seigneur te bénisse et  te garde ainsi que tous les tiens.
  

Publié dans Regard - l'actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Le Mû est impuissant, si la Mûe de ses enfants ne suit.
Mais, je vais tout de m'aime prier.
Settons jamais?
Répondre
H
Je me joins à vos prières.
fraternellement.
Répondre
M

Je vous en remercie et vous prie également de prier pour toutes les îles insulaires afin que Dieu déverse sur elles un flot de Sa Miséricorde. Car en matière d'évènements climatiques et sismiques,
leur avenir est sombre, sauf si le Maître de l'Univers en inverse l'ordre.
Que le Seigneur vous bénisse et vous garde.