NOTRE DAME DES ANGES - 2

Publié le par monSeigneur et monDieu

 <b>Petrus Paulus Rubens</b> : <b>Ange</b> : <b>Sainte Vierge</b> : <b>Assomption</b> : L'Assomption de la Vierge - Rubens - Royal Museum of Fine Arts of Belgium

 

 

*** En honorant, Respectant, Aimant,
En se mettant à l’école et sous la protection de :
La Souveraine Reine, Maîtresse et Commandant de l ‘Armée Céleste,
Marie Reine des Anges et Mère de Notre Sauveur Jésus le Christ !!!

 

Nous ne pouvons oublier que les saints anges, ces esprits bienheureux, les tous premiers, ont commencé d'honorer notre glorieuse princesse, qui leur fut montrée selon la doctrine de plusieurs grands théologiens (ensuite de Notre-Seigneur), dont elle devait être la très digne Mère. Sainte Brigitte, dans ses Révélations, nous apprend que ces purs esprits aussitôt qu'ils furent créés, dans la vue qu'ils en eurent, furent tellement embrasés de l'amour de cette aimable princesse, que, s'il avait été nécessaire de n'être pas afin qu'elle fût, ils auraient avec joie préféré son être à celui qu'ils avaient reçu. Ce qui est de très particulier à ces esprits tout d'amour, c'est que leur amour est le premier d'entre tous les amours des pures créatures. Il est aussi le plus fidèle. S'ils ont été les premiers à honorer et aimer la très pure Vierge, ils ont été les plus fidèles dans son amour et son service, n'y ayant jamais commis la moindre petite imperfection, ni ne s'étant jamais relâché de leur admirable ferveur, étant le propre de ces esprits immortels de persévérer constamment en ce qu'ils ont une fois entrepris. Ils en ont manifesté les grandeurs qui leur avaient été révélées dès le commencement du monde, aux saints prophètes de l'ancienne loi, n'oubliant rien de tout ce qui se pouvait faire pour en imprimer la vénération et l'amour dans les siècles même qui ont précédé sa sainte naissance. Sainte Brigitte a appris du ciel qu'ils furent remplis d'une joie extraordinaire le jour heureux qu'elle parut en notre terre ; jour fortuné pour eux et pour nous, qui doit être gravé dans la mémoire de tous les hommes avec des caractères ineffaçables. Ces gardes de l'empirée tenaient à grand honneur de lui tenir compagnie dans sa retraite au temple, et ce fut l'un des premiers de leur cour glorieuse, l'archange saint Gabriel, qui fut envoyé du ciel vers cette auguste princesse, en qualité d'ambassadeur, pour lui annoncer qu'elle serait Mère de Dieu. Quelques-uns tiennent que ce saint archange lui a servi d'ange gardien ; mais il y a de grands docteurs qui soutiennent qu'elle n'a jamais eu d'anges gardiens, mais bien des anges servants, qui se rendaient auprès de leur reine et dame à grosses troupes, pour lui rendre leurs respects et leurs services. Saint Bonaventure enseigne que saint Michel, qui est député de Dieu pour assister les âmes à la mort, et leur servir d'avocat au jour de leur jugement, attend les ordres de la Mère de Dieu pour défendre plus particulièrement celles qui lui ont eu une dévotion particulière. Notre-Seigneur a aussi révélé que les anges s'appliquaient avec soin plus spécial à garder les personnes qui se préparaient auparavant les fêtes de la sainte Vierge à les bien célébrer par des jeûnes, oraisons, aumônes, pèlerinages et autres bonnes œuvres. Ces esprits bienheureux en ont quelquefois fait des images admirables, que Dieu a honorées de grand nombre de miracles, pour enflammer les cœurs de plus en plus en l'amour de cette non jamais assez aimée Mère de Notre Seigneur Jésus-Christ.

 

Au lendemain de la fête de nos Saints Archanges : Michel, Gabriel, Raphaël (29 septembre), et à deux jours de nos Saints Anges Gardiens (02 octobre) ayons donc un respect singulier pour les neuf chœurs des anges et honorons les particulièrement en la personne de Notre Mère Céleste,  « Notre Dame des Anges », Marie Notre Bienheureuse Reine des Cieux !

 

Origine

 

En 1565, on vénérait déjà la vierge Marie en le lieu devenu L A, c.à.d « Los Angeles », avec une statue de l’Immaculée conception. En 1635 une statue de pierre de 12, 7 cm, du style des vierges noires, « morenita », fut trouvée par une esclave indienne, dans le quartier « de la Puebla de Los Angeles » - c’est pourquoi on appela cette statue «Notre Dame des Anges »

 

Une statue faisant « lien » entre deux continents ? 

 

On l’appelle Vierge noire, mais en réalité sa couleur est gris-verdâtre. La statue est faite avecla virgen du graphite, du jade et de la roche volcanique. Ce qui est source d’étonnement.

Or, les archéologues savent qu’il s'avère très difficile, presque impossible, d'unir les trois pierres.

De plus, à cette époque il n'y avait pas de graphite au Costa Rica, mais seulement en Europe, tandis que dans le Vieux Continent il n'y avait pas les deux autres roches.

Autrement dit, la composition de la statue, patronne du pays, possède les caractéristiques des deux continents. La Vierge a les traits d’une métisse, elle regarde devant tandis que son Fils la regarde et touche le cœur de sa petite main.

 

Un trône pour la Vierge

 

Le trône est en or avec des pierres précieuses offertes par les fidèles reconnaissants. A la base, on a placé l’emblème national. La structure générale rappelle la vision de la femme de l’Apocalypse, revêtue de soleil, couronnée de douze étoiles (Ap 12, 1).

 

Faits Historiques

 

Au XVI° siècle, on attribue à l’intercession de l’Immaculée le salut obtenu lors de l’attaque des pirates Mansfield et Morgan.

En 1723, on apporta les deux statues - celle de l’Immaculée et la Reine des Anges- sur les lieux ruinés par les tremblements de terre et les irruptions volcaniques, afin que la mère de Jésus apporte la compassion.

En 1782 elle est déclarée patronne de Cartago.

En 1824, l’assemblée constituante proclama "La Reine des Anges" patronne du Costa Rica.

En 1835 pendant la guerre de la Ligue, on l’appelle « Princesse de la Paix ».

En 1862, le pape Pie IX accorde l’indulgence plénière aux pèlerins de ce sanctuaire, et en 1935 le sanctuaire a le titre de basilique mineure.

En 1956, «Notre Dame des Anges » est couronnée «Reine du travail » fêtée le 02 août.

 

 Notre Dame des Anges 

 

est vénérée dans la basilique de Notre Dame de Zapopàn, à Guadalajara au Mexique. Elle est aussi vénérée au Nicaragua, mais sans qu’il n’y ait de paroisse à son nom.

 

 

Publié dans Religion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article