La joie de Paul en Macédoine - Père Melvin - Mardi 10 juillet 2012 ... je vous appelle tous à prendre saint Paul au sérieux et à l’écouter...

Publié le par monSeigneur et monDieu

… Si vous êtes loin de moi, vous vous sentez vides et souvent déprimés parce que mes dons ne parviennent pas jusqu'à vous. Votre cœur est plein de tristesse et de péchés...

Traduction : RF

La joie de Paul en Macédoine

 

          Le texte de ce matin est tiré de la seconde lettre de saint Paul aux Corinthiens (2 Cor 7.5-16) :

          En fait, même à notre arrivée en Macédoine, nous n'avons connu aucun répit. Nous avons rencontré toutes sortes de difficultés : des conflits autour de nous, des craintes au-dedans de nous. Mais Dieu, qui relève le courage de ceux qui sont abattus, nous a réconfortés par l'arrivée de Tite. Et ce n'est pas seulement son arrivée qui a produit cet effet, mais encore son rapport sur la façon dont vous l'avez lui-même réconforté. Il nous a parlé de votre désir de me revoir, de votre tristesse, de votre zèle à me défendre. Et voilà pourquoi ma joie en est d'autant plus grande.

          En effet, même si la lettre que je vous ai écrite vous a attristés, je ne le regrette pas maintenant. J'ai pu le regretter quand j'ai constaté que cette lettre vous avait attristés momentanément. Mais maintenant je me réjouis, non pas de vous avoir attristés, mais de ce que votre tristesse vous a fait changer de comportement. Cette tristesse était telle que Dieu la voulait, si bien que nous ne vous avons causé aucun tort. Car la tristesse conforme au plan de Dieu produit un changement de comportement qui conduit au salut, sans qu'on ait à le regretter. Mais la tristesse causée par les soucis de ce monde produit la mort. Voyez maintenant les résultats de votre tristesse selon Dieu : quelle bonne volonté de votre part, quel empressement à présenter votre défense! Quelle indignation, quelle crainte, quel désir de me revoir, quel zèle, quelle ardeur à punir le mal! Vous avez prouvé de toutes les manières que vous étiez innocents dans cette affaire.

          Si donc je vous ai écrit, ce n'était ni à cause de celui qui a commis le mal, ni à cause de celui qui l'a subi. Mais c'était pour que vous vous rendiez clairement compte, devant Dieu, du dévouement que vous avez pour nous. C'est pourquoi votre réaction nous a réconfortés. Nous n'avons pas seulement reçu du réconfort; nous avons ressenti une joie bien plus grande encore en voyant combien Tite était heureux de la façon dont vous tous l'avez rassuré. Si je me suis un peu vanté à votre sujet auprès de lui, vous ne m'avez pas déçu. Mais, de même que nous vous avons toujours dit la vérité, de même l'éloge que nous avons fait de vous auprès de Tite s'est révélé justifié. Et ainsi, son affection pour vous est encore plus grande lorsqu'il se rappelle comment vous avez tous obéi et comment vous l'avez accueilli humblement, avec respect. Je me réjouis de pouvoir compter sur vous en tout.

 

Vous trouverez ci-après le message que notre Seigneur et Rédempteur a donné au Père Melvin. Jésus lui a dit ceci :

 

          « Prenez courage, toi mon frère Melvin et vous tous mes frères et mes sœurs de chacune des parties du monde. Je veux que vous débordiez de joie, car vous êtes mes amis. C’est l’un des dons que j’accorde à mes amis. Si vous êtes loin de moi, vous vous sentez vides et souvent déprimés parce que mes dons ne parviennent pas jusqu'à vous. Votre cœur est plein de tristesse et de péchés. Alors, repentez-vous de toutes vos fautes et je chasserai cette obscurité, et la lumière de la joie entrera dans votre cœur. J’ai souvent rempli l’esprit de saint Paul de ma paix et de ma joie, car il était l’un de mes plus grands amis. Il faisait chaque jour ma volonté. Il ne se gonflait pas d’orgueil mais il était un homme humble, dont le seul désir était d’amener tous les gens à moi et de partager avec eux l’expérience qu’il avait de moi. Aujourd’hui, je vous appelle tous à prendre saint Paul au sérieux et à l’écouter. Oui, la vie sur terre comporte des épreuves, mais ne vous laissez pas abattre par elles. Venez à moi plutôt, et je vous redonnerai des forces et je vous comblerai de mes dons. J’ai tout pouvoir et je désire vous aider si vous demeurez avec moi. Je vous aime. »

Publié dans Messages P.Doucette

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article