La passion du pape Benoît XVI. Six accusations, une question

Publié le par monSeigneur et monDieu

La pédophilie n’est que la dernière des armes pointées contre Joseph Ratzinger. A chaque fois, celui-ci est attaqué sur l’un des domaines où il exerce le plus son rôle de guide. Un par un, voici les points critiques de ce pontificat.

par Sandro Magister

 

 


 

 

 


ROME, le 7 avril 2010 – L'attaque qui utilise comme arme contre le pape Joseph Ratzinger le scandale provoqué par des prêtres de son Église fait partie d’une constante de ce pontificat.

Cette constante est que lorsque l’on frappe Benoît XVI, à chaque fois dans un domaine différent, on frappe en lui l'homme qui a agi et qui continue d’agir dans ce domaine avec le plus de clairvoyance, de résolution et d’efficacité.

*

La tempête qui a suivi son discours du 12 septembre 2006 à Ratisbonne a été la première de la série. Benoît XVI a été accusé d’être un ennemi de l'islam et un partisan incendiaire du choc des civilisations. Lui qui, avec une lucidité et un courage uniques, avait montré où plonge la racine ultime de la violence – dans une idée de Dieu mutilée par la rationalité – et qui avait donc également indiqué comment la vaincre.

La justesse de ce qu’il avait dit a été douloureusement confirmée par les agressions et même par les meurtres qui ont suivi son discours. Mais le fait qu’il avait eu raison a surtout été confirmé par les démarches ultérieures de dialogue entre l’Église catholique et l'islam, démarches entreprises non pas contre le discours de Ratisbonne mais grâce à lui et dont les manifestations les plus évidentes et les plus prometteuses ont été la lettre adressée au pape par 138 sages musulmans et sa visite à la Mosquée Bleue d’Istanbul.

Avec Benoît XVI, le dialogue du christianisme avec l'islam, mais aussi avec les autres religions, progresse aujourd’hui avec une conscience plus nette de ce qui sépare, en raison de la foi, et de ce qui peut unir, la loi naturelle inscrite par Dieu dans le cœur de tout homme.

*

Une deuxième série d’accusations contre le pape le dépeint comme un ennemi de la raison moderne et en particulier de son expression suprême, la science. Le sommet de cette campagne hostile a été atteint en janvier 2008, lorsque des enseignants ont contraint le pape à annuler sa visite à la principale université de son diocèse, l'Université de Rome "La Sapienza".

Et pourtant – comme précédemment à Ratisbonne et ultérieurement à Paris, au Collège des Bernardins, le 12 septembre 2008 – le discours que le pape comptait prononcer à l'Université de Rome était une défense formidable du lien indissoluble entre la foi et la raison, entre la vérité et la liberté : "Je ne viens pas imposer la foi mais demander du courage en faveur de la vérité".

Le paradoxe est que Benoît XVI est un grand "homme des Lumières" à une époque où la vérité est si peu appréciée et où le doute agit en maître, au point de vouloir lui ôter la parole.

*

Une troisième accusation lancée systématiquement contre Benoît XVI est d’être un traditionnaliste replié sur le passé, ennemi des nouveautés apportées par le Concile Vatican II.

Les preuves utilisées par ses accusateurs seraient son discours du 22 décembre 2005 à la curie romaine sur l'interprétation du Concile, puis la libéralisation de l’usage du rite ancien de la messe en 2007.

En réalité, la Tradition à laquelle Benoît XVI est fidèle est celle de la grande histoire de l’Église, depuis les origines jusqu’à aujourd’hui, qui n’a rien à voir avec un attachement formaliste au passé. Dans son discours à la curie cité plus haut, pour donner un exemple de la "réforme dans la continuité" que représente Vatican II, le pape a fait appel à la question de la liberté de religion. Pour l’affirmer pleinement – a-t-il déclaré – le Concile a dû revenir aux origines de l’Église, aux premiers martyrs, à ce "patrimoine profond" de la Tradition chrétienne qui avait été perdu dans les siècles les plus récents et qui a été retrouvé également grâce à la critique de la raison des Lumières.

Quant à la liturgie, s’il y a un authentique continuateur du grand mouvement liturgique qui a fleuri dans l’Église au dix-neuvième et au vingtième siècle, de Prosper Guéranger à Romano Guardini, c’est bien Ratzinger.

*

Un quatrième terrain d'attaque est voisin du précédent. Benoît XVI est accusé d’avoir enterré l'œcuménisme et fait passer le rapprochement avec les lefebvristes avant le dialogue avec les autres confessions chrétiennes.

Mais les faits disent le contraire. Depuis que Ratzinger est pape, la démarche de réconciliation avec les Églises d'Orient a fait des progrès extraordinaires. Avec les Églises byzantines qui sont rattachées au patriarcat œcuménique de Constantinople, mais également – et c’est la nouveauté la plus surprenante – avec le patriarcat de Moscou.

Et si cela s’est produit, c’est précisément grâce à cette fidélité ravivée à la grande Tradition – à commencer par celle du premier millénaire – qui est un signe distinctif de ce pape ainsi que l'âme des Églises d'Orient.

Du côté de l'Occident, c’est encore l'amour de la Tradition qui pousse des personnes et des groupes de la Communion Anglicane à demander d’entrer dans l’Église de Rome.

Tandis que, pour ce qui est des lefebvristes, ce qui fait obstacle à leur réintégration est justement leur attachement à des formes passées d’Église et de doctrine qu’ils identifient, à tort, à la Tradition pérenne. La levée de l’excommunication de leurs quatre évêques, en janvier 2009, n’a rien enlevé à l’état de schisme dans lequel ils restent, de même que la levée des excommunications entre Rome et Constantinople en 1964 n’a pas supprimé le schisme entre l’Orient et l’Occident mais a rendu possible un dialogue tendant à l'unité.

*

Parmi les quatre évêques lefebvristes dont Benoît XVI a levé l’excommunication, il y avait l'anglais Richard Williamson, antisémite et négateur de la Shoah. Dans le rite ancien dont l’usage a été libéralisé, il y a une prière pour que les Juifs "reconnaissent Jésus-Christ comme sauveur de tous les hommes".

Ces faits et d’autres ont contribué à alimenter une protestation persistante du monde juif contre le pape actuel, avec des pointes notables de radicalité. C’est un cinquième terrain d'accusation.

La dernière arme de cette protestation est un passage du sermon prononcé en présence du pape à la basilique Saint-Pierre, le Vendredi Saint, par le prédicateur de la maison pontificale, le père Raniero Cantalamessa. Le passage incriminé est une citation d’une lettre écrite par un Juif mais, malgré cela, la polémique s’est concentrée exclusivement contre le pape.

Et pourtant, il n’y a rien de plus contradictoire que d’accuser Benoît XVI d'hostilité aux Juifs.

Parce qu’aucun autre pape avant lui n’a été aussi loin dans la définition d’une vision positive du rapport entre christianisme et judaïsme, sous réserve de la séparation capitale pour ce qui est de reconnaître ou non Jésus comme Fils de Dieu. Dans le premier volume de son "Jésus de Nazareth", publié en 2007 et qui sera bientôt complété par le second volume, Benoît XVI a écrit à ce sujet des pages lumineuses, en dialogue avec un rabbin américain actuellement vivant.

Beaucoup de Juifs voient effectivement en Ratzinger un ami. Mais c’est bien différent dans les médias internationaux, où l’on perçoit presque uniquement le "tir ami" de Juifs qui attaquent le pape qui les comprend et les aime le plus.

*

Enfin un sixième chef d'accusation – très actuel – contre Ratzinger est qu’il aurait "couvert" le scandale des prêtres ayant commis des abus sexuels sur des enfants.

Dans ce cas aussi, l'accusation vise précisément l'homme qui, plus que quiconque dans la hiérarchie de l’Église, a agi pour porter remède à ce scandale.

Avec des effets positifs que l’on commence à percevoir ici ou là. Notamment aux États-Unis, où l’importance du phénomène dans le clergé catholique a nettement diminué ces dernières années.

Là où, au contraire, la plaie est toujours ouverte, comme en Irlande, c’est encore Benoît XVI qui a imposé à l’Église de ce pays de se mettre en état de pénitence, selon un cheminement sévère défini par lui dans une lettre pastorale – celle du 19 mars dernier – qui est sans précédent.

De fait, la campagne internationale contre la pédophilie n’a aujourd’hui qu’une seule véritable cible : le pape. Les affaires que l’on ressort du passé sont à chaque fois celles que l’on pense pouvoir retourner contre lui, soit en tant qu’archevêque de Munich, soit en tant que préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, avec en complément l'affaire de Ratisbonne pour les années où le frère du pape, Georg, dirigeait le chœur d’enfants de la cathédrale.

*

Les six chefs d'accusation contre Benoît XVI, rappelés jusqu’ici, suscitent une question.

Pourquoi ce pape est-il l’objet de tant d’attaques, provenant de l’extérieur de l’Église mais aussi de l’intérieur, bien qu’il soit clairement innocent de ce dont on l’accuse ?

Un début de réponse est qu’il est systématiquement attaqué justement en raison de ce qu’il fait, de ce qu’il dit, de ce qu’il est.

 

__________


Traduction française par Charles de Pechpeyrou.
Source : Chiesa news .

 

Texte  de cet article envoyé par Isabelle

 

Du blog : Ne nous voilons pas la face et décryptons le message de ces viles attaques.

 

A travers Benoît  XVI  c’est la tête du Corps du Christ qui est visée par les descendants de ceux qui, il y a 2000 ans, ont tenté mais en vain de détruire la PIERRE D’ANGLE qu’ils ont rejeté : JÉSUS.

 

Ils ne sont parvenus au cours des siècles qu’à en détacher un petit nombre qui aveuglé poursuit l’œuvre de leurs précurseurs tout en continuant à se scinder, le diviseur étant très actif.

 

Mais l’église fondée par décision humaine ne pourra être sanctifiée que lorsqu’elle reconnaîtra l’intégralité du message du Christ et Seul Dieu est en mesure de ramener Ses brebis égarées dans Son Cheptel.

 

Rassurez-vous tous ne sont pas imprégnés du désir avant tout de « casser » du Chrétien Catholique. Nombreux qui ne partageant pas nos convictions, respectent les frères que nous somme, visent avant tout à œuvrer pour leur propre sanctification, prient et cherchent avant tout à se laisser imprégner par l’Esprit qui poursuit Sa mission Évangélisatrice.

 

Ils ne sont pas totalement aveugles car ils savent que le mal sévit également dans leurs rangs, son but étant de détruire tous ceux qui croient sincèrement et font confiance au Christ. Laissons donc les chiens de meute qui veulent sonner l’hallali … et poursuivons notre chemin car le temps se fait de plus en plus court et comme nous le constatons il y a fort à faire : PRIONS !!!  

Cf. Mot du blogueur : Qui cherchez-vous ? - 2

 

 

Mais plus grave est la question des ennemis de «  l’intérieur ». Prions pour qu’il ne soit pas déjà trop tard pour eux et qu’ils ouvrent assez vite les yeux pour s’apercevoir qui en réalité les meut à leur insu !

Publié dans Regard - l'actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> le message de la sainte mere de Dieu donne a medjugorje ce 25 du mois et publie sur ce blog nous met tous d accord!<br /> Gloire a DIEU!<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> je sais que si j`avais eu un enfant qui aurait été pédophile, je l`aurait suivi pas à pas jusqu`ce quil comprenne le mal que cela fait aux victimes. j`ai quelquùn que je connais qui a fait de la<br /> prison pour cela.Aujourd`hui il regrette énormément les gestes qu`il a posé envers des jeunes. Cette même personne avait été abusé dans sa jeunesse. Il veux même dire merci de l`avoir dénoncé. Je<br /> crois que cette homme est très sincère dans sa démarche<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Extrait d'un entretien avec Odon Vallet, spécialiste des religions<br /> <br /> Justement, quel rôle a joué Benoît XVI face aux dérives sexuelles de certains membres de l'Eglise?<br /> <br /> Avant même son élection, Benoît XVI s'était montré particulièrement strict sur ce sujet. Aujourd'hui, il est le pape le plus sévère sur les questions de pédophilie.Avant lui, Jean-Paul II ne<br /> s'était jamais beaucoup intéressé à ce problème. Benoît XVI a rompu avec cette complaisance. Et cela pour trois raisons: l'exigence de clarté toujours plus grande de l'opinion publique, le<br /> traitement judiciaire plus sévère de ces crimes dans le civil, et enfin les conséquences économiques graves que les actes de pédophilie entraînaient pour l'Eglise. En Amérique du Nord, des<br /> paroisses devaient en effet rembourser des dommages et intérêts énormes à certains plaignants.<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> Chere Violette<br /> La douleur est grande pour tous.<br /> Mais nous devons etre fort,justes, et vrais.<br /> Si le pape a couvert des criminels ,il est criminel.<br /> Si votre mari viole votre fils,et que vous le savez,vous etes aussi une criminelle.<br /> Tte verite va se faire et retenons qu 'elle rend libre.<br /> <br /> <br />
Répondre
V
<br /> Pour le Saint Père, vous ne devez pas le rendre responsable , je vous cite un exemple " si dans votre famille , un de vos enfants se conduisait mal et serait la honte de votre maison, que<br /> feriez-vous ???<br /> iriez-vous le crier sur les toits, le salir et l'enfoncer davantage, non bien sur"<br /> <br /> et bien pour l'église c est pareil, nous formons une famille celle de l'eglise de Jésus, et dans cette maison il y a des bonnes et mauvaises brebis, et là aussi on ne va prier au scandale surtout<br /> quand cela représente une goutte parmi toutes les abominations faites dans le monde et tous les assassinats des bébés.<br /> <br /> Vous ne trouvez pas bizarre que soudainement on dévoile tout le vrai et le faux, on persécute les prêtres, le pape, l'église comme si on voudrait détruire la foi, la religion et semer le doute chez<br /> tous les chrétiens,<br /> <br /> et voila c est que veut et fait le Démon, puisqu'il sait son temps tres court, Jésus nous a prévenu dans ses messages, du "scandale causé dans l'église" et que cela provoquera une division au sein<br /> de l'église, de même lorsque le dogme de Marie co-rédemptrice sera proclamé.<br /> <br /> un peu de discernement et de lumière de l'esprit saint pour comprendre le strategème mener par l Adversaire pour arriver à ses fins<br /> <br /> Non le Pape n est pas coupable, il est le pape choisi par Dieu, puique rien ne se fait sans son pouvoir, depuis l'éternité Dieu savait que son PAPE s'appelerait Benoit, et Il dit lui Même<br /> "MON BENOIT",<br /> <br /> alors PRIONS pour le saint Père qui souffre le martyre et la persécution pour l'église,<br /> <br /> violette<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> Hans Küng :interwievé à 16h20<br /> “Effectivement, les cas d’abus sont l’apogée de la crise. Et bien sur que le pape a une responsabilité, parce qu’en étant préfet de la congrégation de la foi on lui a tout montré depuis vingt-deux<br /> ans. Même en étant pape, il sait exactement…<br /> Et j’affirme en conscience qu’il n’y a personne dans l‘église catholique qui connaisse plus que lui ces cas d’abus . Cependant pendant longtemps, il n’a rien fait pour révéler les différents cas.<br /> Bien au contraire, en 2001, il a envoyé une lettre aux évêques en ordonnant que tout reste sous le secret pontifical.<br /> En plus il faut ajouter que les évêques ont suivi cet ordre d’une manière trop obéissante. Partout dans le monde, ils ont tout dissimulé. Donc on ne peut pas absoudre ni le Pape ni les évêques de<br /> leur responsabilité”.<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> Precision:<br /> Le Vatican fait valoir son immunité souveraine pour eviter d être poursuivi devant la justice américaine.(le 23/04/10)<br /> <br /> <br />
Répondre
V
<br /> c est justement parce que ses yeux sont bien ouverts qu il peut penser et écrire ceci mais il n est pas permis à tous de discerner le pourquoi du comment, pour cela il faut avoir la FOI et croire<br /> que le SAINT PERE representant le CHRIST sur la terre est innocent comme JESUS qui a donné sa vie pour nous<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> Votre idolatrie pour "les papes" vous rend completement aveugle cher monseigneur et mon dieu....<br /> De grace, ouvrez les yeux!<br /> <br /> <br />
Répondre