Le Bidonville disparaît dans la coulée de boue de Rio; 200 morts à craindre

Publié le par monSeigneur et monDieu

Firefighters pull the body of a landslide victim out of the mud in the Morro ...
Jeu Avr 8, 3:51 PM ET
 

Les pompiers tirent le corps d'une victime du glissements de terrain hors de la boue dans le Morro do quartier Bumba de Niteroi, près de Rio de Janeiro, le jeudi 8 avril 2010. Au moins 200 personnes ont été ensevelies et présumées mortes dans les glissements de terrain les plus récentes à frapper un bidonville de la région métropolitaine de Rio de Janeiro, ont annoncé les autorités jeudi. (Photo AP / Dana Felipe)  

 

 

 

Niteroi, Brésil - Ils sont tous partis. L'église évangélique où les fidèles étaient en prière. Une garderie où les enfants jouaient. La pizzeria où une famille avait été manger.

 

Tous ont été enterrés sous une montagne de boue, d’ordures et de pierres alors qu’encore un autre glissement de terrain a frappé les régions métropolitaines de Rio de Janeiro mercredi soir. Celui-ci a balayé les bidonvilles Morro Bumba, engloutissant jusqu'à 200 personnes et 60 maisons. Rien n'a été laissé derrière, mais un énorme cratère noirci de terre détrempée et les restes de briques des baraques fragiles.

 

«Je venais de prendre mon fils de 10 ans à la garderie. Nous descendions la colline en direction de la rue, et dans à peine 10 minutes, ma communauté s'est effondrée », a déclaré Patricia Faria, 28 ans, en pleure en regardant la lourde machinerie déverser le reste de sa vie dans un camion en attente. « Tout ce qui me reste, c'est ce que vous voyez sur moi - et mon fils. Dieu merci, j'ai mon fils. »

 

Secrétaire d'État de santé de Rio, Sergio Cortes, a déclaré qu'il était difficile de dire combien de personnes ont été enterrées dans le dernier glissement. « Un scénario du pire cas est de 200, a t-il déclaré à la presse associé. «Nous savons que près de 60 maisons ont été enterrées. »

 

Déjà 161 personnes ont été confirmées mortes dans les fortes pluies qui ont commencé lundi à Rio, la plupart d'entre elles emportées dans les glissements de terrain qui résonnait à travers les bidonvilles construits sur des collines escarpées, instables.

 

Le nombre de décès dépasse celui des inondations et des glissements de terrain dans le sud de l'Etat de Santa Catarina en 2008, qui a tué près de 130 personnes et déplacé près de 80.000.

 

«Selon notre expérience, c'est une mort instantanée des victimes ensevelis par des glissements de terrain», a déclaré Pedro Machado, secrétaire d'Etat de Rio de Janeiro Département de la Défense civile.

 

Faria a dit qu'elle était certaines que des personnes ont été enterrées à l'intérieur de l'église de l'Assemblée de Dieu dans le bidonville de Morro Bumba, qui s'est effondrée au cours des services de nuit.

 

Clesio Araujo, 39 ans, dit avoir échappé de justesse au glissement, laissant la pizzeria à seulement quelques minutes avant que la terre ne cède. Il a déclaré qu'une famille était encore à l'intérieur.

 

La destruction a été aggravée parce que le bidonville est en grande partie construit au sommet d'un ancien dépotoir, le rendant particulièrement instables et vulnérables aux fortes pluies, a déclaré Agostinho Guerreiro, président de l'association principale de Rio des ingénieurs et des architectes.

 

« C’est un sol très fragile. Il n'a pas pu tenir. Les maisons ont dévalées, détruisant celles en dessous d'elles», a dit Guerreiro à Globo TV. «C'était une tragédie à prévoir. »

 

Le gouvernement fédéral a annoncé un fonds d'urgence de 114 millions de dollars pour aider l'État de Rio, où les bidonvilles se trouvent, à faire face aux glissements de terrain et aux inondations.

 

Mais l'argent sera de peu de secours pour les personnes qui n'ont pas d'autre choix que de vivre dans ces sections précaires de la ville, a déclaré Rosana Fernandes, 43 ans, dont la sœur, le beau-frère et deux jeunes nièces ont été ensevelis sous la boue.

 

Tenant une photo aux couleurs passées de la famille souriante, elle n'a pas pris la peine de retenir ses larmes comme elle expliquait ce qui conduit les familles à vivre au sommet d'une décharge formée par des décennies de déchets accumulés.

 

« "Oui, c'était un dépotoir. Mais les gens sont désespérés au point d'avoir un logement n'importe où », dit-elle. «Qu'est-ce qu'ils allaient faire d’autre ? Où d'autre sont-ils supposés aller? C'est notre réalité. Ils connaissaient les risques, mais quand vous n'avez pas d'argent, vous n'avez pas le choix, dit-elle.

 

Les fonctionnaires Rio ont dit qu'ils vont intensifier les expulsions forcées de résidents des bidonvilles vivant dans des zones à risque. Le maire Eduardo Paes a annoncé que 1.500 familles vont être retirées de leur foyer dans les bidonvilles de Rio au moins de deux, et que d'autres expulsions sont prévues. plusieurs probable.

 

Les fonctionnaires de l'Etat de Rio de Janeiro Département de la Défense civile a déclaré qu'au moins 14.000 personnes ont été contraintes de quitter leurs foyers par les glissements de terrain et que les glissements potentiels menacent au moins 10.000 autres maisons dans la ville.

 

Jeudi, des dizaines de secouristes ont fouillé la montagne de terre massive qui a glissé le long des collines de la favela Morro Bumba vers une route goudronnée dans Niteroi, ville jumelle de Rio de 500.000 personnes sur la baie de Guanabara.

 

Les monticules de terre et les déchets ont augmenté de 40 pieds (12 mètres) de hauteur. Les camions à benne, par douzaine faisaient la queue pour enlever les débris. Des centaines de badauds regardaient alors que les pompiers transportaient au moins quatre cercueils hors du cratère créé par le glissement.

 

Des résidents sans-abri ont cherché refuge dans deux églises évangéliques juste en bas de la route du bidonville, où l'eau, la nourriture et des vêtements ont été remis. Les petits enfants ont joué et dormi sur des dizaines de matelas posés à même le plancher des églises.

 

Les opérations de récupération de Niteroi se déplaçent lentement: la pluie, terrain escarpé posent une menace permanente à toute personne coincée dans les décombres et aux équipes de secours aussi, dit le chef pompier Alves Souza.

 

« Le travail est très intense, étant donné que le volume de matériel que nous avons ici est très grand», dit Souza.

 

Alors qu'il ne pleuvait que légèrement jeudi selon les prévisions annonçaient  de plus fortes pluies tard dans la journée et tout au long du week-end. 

 

 

 

Par Brooks BRADLEY, auteur Associated Press - Jeu Avr 8, 6:18 pm ET

 

Tales Azzoni auteur Associated Press dans Sao Paulo a contribué à ce rapport.  

 

 

 

 
A man walks through a flooded street near Rodrigo de Freitas ...
Mar. avr. 6, 8:08 PM ET

Un homme marche dans une rue inondée près du lac Rodrigo de Freitas, à Rio de Janeiro le 6 avril 2010.

 

Moraes REUTERS Sergio
 
A tourist holds an umbrella as he walks along windy Ipanema ...
Mar. avr. 6, 7:22 PM ET

Un touriste titulaire d'un parapluie alors qu'il marche le long de la plage d'Ipanema sous le vent à Rio de Janeiro. Les pluies torrentielles ont déclenché des inondations et coulées de boue qui ont tué 79 personnes à Rio de Janeiro, y compris des dizaines dans les bidonvilles des collines environnantes de la ville de Rio, ont annoncé les autorités mardi. (AFP / Antonio Scorza)

 

 
Rescue workers carry an injured man after a landslide at Morro ...
Mardi 6 avril, 5:14 PM ET

Des secouristes munis d'un homme blessé après un glissement de terrain à Morro dos Prazeres bidonvilles de Rio de Janeiro le 6 avril 2010. Les pluies torrentielles ont provoqué des inondations et glissements de terrain qui a tué au moins 31 personnes à Rio de Janeiro État, la fermeture des transports et du commerce dans la deuxième ville du Brésil. La pluie, qui a commencé lundi soir, est la pire que la ville de Rio ait enregistrée en 30 ans, ont annoncé les autorités mardi. REUTERS / Luiza Garcia (Brésil -

 

 

 

A rescue worker carry a baby as other victims are helped after ...
Mar. avr. 6, 4:49 PM ET

Un secouriste porte un bébé lorsque les autres victimes sont sortis après un glissement de terrain hors d'une zone inondée de Campo Grande quartier, Rio de Janeiro, le mardi 6 avril 2010. Les pluies torrentielles à Rio de Janeiro a déclenché des glissements de terrain et la montée des eaux a paralysé et a suspendu la plupart des entreprises. (Photo AP Jadson Marques / Agencia O Globo

 

 
A woman walks past a building after a landslide at the Sao Conrado ...
Mardi 6 avril, 4:30 PM ET

Une femme passe devant un bâtiment après un glissement de terrain dans le quartier de Sao Conrado, à Rio de Janeiro le 6 avril 2010. REUTERS / Bruno Domingos (Brésil -

 

 
People cross a flooded street in the Morro dos Prazeres area ...
Mar. avr. 6, 4:28 PM ET

Les gens traversent une rue inondée dans la région de Morro dos Prazeres du quartier de Santa Teresa, à Rio de Janeiro, le mardi 6 avril 2010.  (Photo AP / Dana Felipe)

 

 
An aerial view of Jardim Botanico neighborhood in Rio de Janeiro ...
Mar. avr. 6, 3:01 PM ET

Une vue aérienne du quartier de Jardim Botanico à Rio de Janeiro le 6 avril 2010. Les plus fortes pluies qui ont commencé lundi soir, sont les pires que la ville de Rio a enregistré en 30 ans, ont annoncé les autorités mardi. REUTERS / Genilson Araujo-Ag O Globo (Brésil - )  

 

 

 

An aerial view shows houses after landslides caused by rains ...
Mardi 6 avril, 3:00 PM ET

Une vue aérienne montre maisons après les glissements de terrain causés par les pluies à Morro dos Prazeres bidonvilles de Rio de Janeiro le 6 avril 2010. REUTERS / Genilson Araujo-Ag O Globo (Brésil -  

 

A rescue worker carries the body of a baby at Borel slum in ...
Mar. avr. 6, 2:36 PM ET

Un sauveteur porte le corps d'un bébé dans le bidonville de Borel à Rio de Janeiro le 6 avril 2010. REUTERS / Fabio Golcalves / O DIA (Brésil - 

 

 

 

Houses are seen near the Marapendi canal at the Barra da Tijuca ...
Mardi 6 avril, 1:33 PM ET

Les maisons sont vu près du canal Marapendi dans le quartier de Barra da Tijuca, à Rio de Janeiro le 6 avril 2010. REUTERS / Bruno Domingos (Brésil -

 

 
Buses drive through a flooded street near Rodrigo de Freitas ...
Mardi 6 avril, 11:52 AM ET

Conduite des autocars dans une rue inondée près du lac Rodrigo de Freitas, à Rio de Janeiro le 6 avril 2010.

 

REUTERS / Sergio Moraes (Brésil
  
Cars are seen at a flooded street near Rodrigo de Freitas lake ...
Mardi 6 avril, 11:49 AM ET

Les voitures sont vus dans une rue inondée près du lac Rodrigo de Freitas, à Rio de Janeiro le 6 avril 2010.  REUTERS / Sergio Moraes (Brésil

 

   
Photos pour une utilisation éditoriale SEULEMENT. NOT FOR SALE la commercialisation ou de campagnes publicitaires. OUT BRÉSIL. Pas de vente commerciale ou rédactionnelle

Publié dans Regard - l'actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article