LE REIKI : modèle de «médecine alternative énergétique» ? – Introduction - 2

Publié le par monSeigneur et monDieu

Le système reiki traditionnel de M.Usui, prévoit trois degrés initiatiques.

 

1- Le premier degré concerne avant tout le corps.

Par quatre initiations successives, le maître stimule les centres et les canaux énergétiques du corps subtil de l’adepte, afin de les ouvrir au flux de l’énergie universelle.

C'est-à-dire que l’initiateur ouvre un canal sur le sommet de la tête et dans les mains de l’adepte (du blog : cela rappelle les emplacements du corps où nous seront invités à recevoir le signe de la « bête »). L’énergie reiki peut ainsi se déverser dans le corps par le sommet du crâne et se diriger vers les mains par lesquelles elle peut à nouveau se déverser à une autre personne ou à un autre organisme.

 

Puis, le maître montre comment placer les mains sur votre corps et celui d’une autre personne. Autrement dit : le maître vous explique la technique d’imposition des mains propre au reiki.

 

Dans «Le grand livre du Reiki», il est écrit : «La dernière initiation (du premier degré) confère définitivement la capacité de transmettre l’Énergie universelle : la quatrième initiation en effet scelle l’effet des autres initiations  et le rend permanent. Par conséquent, une fois qu’une personne a reçu quatre initiations, elle sera toujours en mesure de canaliser l’Énergie universelle, pendant toute la durée de sa vie».(1)

Après cette dernière initiation, l’adepte est invité à pratiquer aussi souvent que possible, car plus on donne du reiki, plus l’énergie coulera abondamment à travers lui.

L’énergie s’intensifie dans la mesure où il est utilisé.

 

Cependant, le père Verlinde fait remarquer que «bon nombre d’adeptes témoigne d’effets indésirables assez importants suite à ce premier degré d’initiation»(2)

Il s’agit de sensations, de traumatismes, de schémas mentaux indésirés, que l’on croyait disparus, mais qui étaient simplement refoulés, et qui peuvent surgir, parfois de manière violente… Et ce phénomène est récurrent lors des initiations ultérieures.

 

C’est bien pour cette raison que l’on peut lire sur un site internet dédié à la promotion du reiki : «les initiations accroissent le niveau énergétique de celui qui les reçoit et modifient son champ vibratoire. Il en résulte parfois des ajustements dans les sphères psycho-émotionnelle et physique qui peuvent se traduire par des purifications de durée et d’intensité variables selon les individus.

Ces manifestations peuvent aller d’un simple rhume à une forte fièvre, d’une petite baisse de tonus à une grosse fatigue, d’une tristesse passagère à une dépression plus marquée.»

 

D’où cette mise en garde sur ce même site : «recevoir une initiation est déconseillé aux personnes fragiles sur le plan émotionnel ou souffrant de problèmes psychologiques».

 

Malgré tout cela, on présente le reiki comme étant bénifique et sans risque pour la santé physique et psychologique alors que, dès le départ, il y a des risques évidents.

 

2- Le deuxième degré coûte beaucoup plus cher que le premier et c’est le maître qui décide qui y est  admissible. Le deuxième degré prévoit deux initiations dont le but est d’intensifier l’influence de l’Énergie universelle dans la vie de l’adepte en le reliant toujours plus étroitement à la source d’énergie, afin d’en augmenter l’efficacité de sa pratique.

Le père Verlinde écrit à ce sujet : «L’immersion toujours plus grande de l’adepte dans les énergies occultes, transforme profondément sa personnalité».

Ce que confirme l’auteur du «Grand livre du Reiki», et je cite : «Au cours de ce processus, que nous pourrions définir comme une véritable distillation alchimique de la personnalité, il acquerra une nouvelle vigueur et une nouvelle puissance».

Des personnes m’ont témoigné avoir observé un changement dans la personnalité d’un membre de leur famille s’étant fait initier au reiki.

 

Durant ce deuxième degré, le maître transmet à l’adepte trois symboles sacrés qui, utilisés dans le contexte du transfert de l’Énergie universelle, permettent d’agir à distance.

Comme dans toute initiation ésotérique ou occulte, ces symboles sont considérés comme «sacrés». Ils sont mémorisés, comme imprimés dans l’aura de la personne qui subit l’initiation. Ils doivent être gardés secrets.

 

Le premier symbole a pour but de renforcer l’énergie et le pouvoir de guérison. Son champ d’action est le corps.

Le deuxième symbole permet à l’énergie du reiki de pénétrer plus en profondeur. Le père Verlinde écrit : «Il est utilisé dans les traitements visant à influencer la vie émotionnelle ou mentale des personnes qui reçoivent le traitement.» Ce traitement, soit dit en passant, peut être appliqué aux animaux et aux plantes.

Le troisième symbole permet de traiter ou d’initier à distance.

À ce sujet, on peut lire sur un site reiki : «Une initiation à distance fonctionne exactement comme une initiation sur place. En effet, toutes les initiations se passent dans l’astral, et le maître qui initie en respectant un rituel précis, n’est qu’un relais entre le monde physique et l’astral 

 

Chacun de ces symboles correspond à un «esprit» particulier et l’utilisation du symbole dans le contexte du rituel approprié équivaut à une invocation de la dite entité.

Voici ce que confirme un site internet reiki au sujet de cette deuxième initiation : «Lorsque l’initié aura suffisamment progressé, quand ses organes occultes auront pris formes, il faudra alors imprimer dans le corps éthérique ce qui avait été modelé dans le corps astral par la première initiation. Ce sera le second pas de l’initiation, celui que j’appellerai «illumination» : un monde spirituel apparait alors autour de l’homme. Un monde caractéristique, car ce qui se passe dans le monde spirituel ne s’exprime pas comme le font les choses physiques, mais uniquement en images, en symboles qu’il faudra déchiffrer, comprendre. Puis viendront les sonorités perceptibles à l’oreille spirituelle. Puis viendront les êtres spirituels, discrets, tout d’abord, furtifs. Enfin, l’initié aura accès à la vie de ces êtres, c'est-à-dire à tout un égrégore dans lequel il pourra puiser une connaissance absolue

Et Le père Verlinde de conclure : «En somme, le but implicite des initiations reiki pourrait bien être de mettre l’adepte toujours plus implicitement en communication avec les êtres spirituels qu’il découvre progressivement. »

Ce qui veut dire que l’adepte devient un médium.

 

3- Le troisième degré, appelé niveau maître, donne la capacité de former et d’initier des adeptes.

 

Les Mantras

 

Tout au long de ces trois degrés, on enseigne aussi l’usage des mantras.

Les mantras sont des paroles sacrées censées activer et diriger certaines énergies.

Avant de commencer une séance de reiki, l’individu doit prononcer trois fois des mantras.

C’est dans un esprit anti-trinitaire qu’on prononce trois fois un mantra, qu’on répète trois fois une parole magique, une incantation, ou un rituel, par exemple. Car en répétant trois fois, on s’oppose au Père, au Fils et à l’Esprit Saint.

Et dans l’enseignement des écrits hindouistes (Véda), on ira jusqu’à dire qu’un mantra n’est pas une formule d’incantation magique ou une simple prière : «c’est l’incarnation d’une divinité spécifique. C’est la divinité elle-même. Si un mantra est répété plusieurs fois, la force de la divinité lui vient en aide».

Le Maharishi Mahesh Yogi, fondateur de la méditation transcendantale, a écrit aux sujets des mantras : «Toute la science des mantras et des hymnes du Veda ont pour but de renforcer les liens et la compréhension des hommes avec ces êtres supérieurs. Il y a un effet dans l’autre monde, avec des êtres supérieurs où les dieux peuvent être sollicités».

Publié dans Religion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article