Parmi les miracles de Saint Antoine de Padoue : La bête de somme (la mule)

Publié le par monSeigneur et monDieu

Le miracle de la mule, 1515 (G.Tessari) Dans la région de Toulouse, le béat Antoine ayant discuté avec véhémence du sacrement salvateur de l'Eucharistie avec un hérétique endurci, et l'avait presque convaincu et attiré à la foi catholique, si ce n'est que ce dernier, après de nombreux arguments pour s'efforcer de se soustraire, ajouta ces mots :

  

« Laissons les bavardages et venons-en aux faits. Si toi, Antoine, tu réussis à prouver à l'aide d'un miracle que dans la Communion des croyants se trouve, pour autant qu'il soit voilé, le vrai corps du Christ, toute hérésie étant absolument abjurée, je soumettrai sans hésitation ma tête à la foi catholique". D'une grande foi, le serviteur du Seigneur lui répondit : "Je confie en mon sauveur Jésus-Christ que, pour ta conversion et celle des autres, j'obtiendrai de sa miséricorde ce que tu demandes". Puis l'hérétique se leva et, invitant de la main à faire silence, il parla : "Je garderai enfermé ma bête de somme pendant trois jours et je lui ferai éprouver les tourments de la faim. Les trois jours passés, je le sortirai en présence des gens et je lui montrerai l'avoine prête. Pendant ce temps, tu resteras face à lui avec ce que tu affirmes être le corps du Christ. Si l'animal aussi affamé, et négligeant l'avoine, se dépêchera d'adorer son Dieu, je croirai sincèrement en la foi de l'Eglise". Le saint père donna aussitôt son approbation. Alors l'hérétique s'exclama : "Ecoutez bien, tous les peuples ».

   

Pourquoi s'attarder en de nombreuses paroles? Arrive le jour établi pour le défi. Les gens accourent de toutes parts et envahissent la grande place. Antoine, le serviteur du Christ, est présent et entouré d'une dense foule de fidèles. Se trouve également l'hérétique avec le tas de complices. Revêtu des ornements sacrés, le serviteur de Dieu entra dans une chapelle voisine avec une grande dévotion pour célébrer le rite de la Messe. Une fois terminé, il sortit vers le peuple qui attendait, en amenant d'une grande révérence le corps du Seigneur. La mule affamée est amenée hors de l'étable et on lui montre des aliments très appétissants.

 

A la fin, en imposant le silence, l'homme de Dieu, avec une grande foi, ordonna à l'animal: "En vertu et au nom du Créateur que moi, pour autant que j'en sois indigne, je tiens vraiment entre les mains, je te dis, ô animal, et je t'ordonne de t'approcher prestement avec humilité et de lui prêter la vénération due, afin que les mauvais hérétiques apprennent clairement de ce geste que chaque créature est sujette de son Créateur, tenu entre les mains de la dignité sacerdotale sur l'autel". Le serviteur de Dieu eut à peine fini de prononcer ces mots que la bête, négligeant le fourrage, s'inclinant et abaissant la tête jusqu'aux jarrets, s'approcha en s'agenouillant, devant le sacrement vivifiant, du corps du Christ.

 

Une joie immense envahit les fidèles et les catholiques, alors que les hérétiques et les mécréants éprouvèrent tristesse et avilissement. Dieu est loué et béni, la foi catholique exaltée et honorée ; la méchanceté hérétique est impudente et condamnée avec déshonneur sempiternel. Le sujet hérétique, ayant abjuré la vieille doctrine en présence de tous, prêta depuis une obéissance loyale aux préceptes de la sainte Eglise (Benignitas 16,6-17).

 

Source : Site officiel de saint Antoine de Padoue.

 

 

Supplique à Saint Antoine :

Cher Saint Antoine, je remets entre tes mains les lecteurs hérétiques du blog, daigne leur inculquer à défaut de la partager un minimum de respect pour la foi Catholique, (notamment en ce qui concerne le Sacrement Eucharistique.) condition nécessaire à tout échange sur ce blog Catholique, sinon inspire leur la capitulation.

En ces temps si troublés et cruciaux, puisses-tu éloignés ceux qui aveuglés à leur insu par des esprits rebelles cherchent avant tout à choquer, provoquer ou à attirer l’attention sur eux.

Veille à la conversion, de tous ceux qui sont en quête de Dieu.

Guide et éclaire tous ceux qui, même inconsciemment, recherchent Dieu, intercède en leur faveur et accompagne les dans leur démarche spirituelle.

Publié dans Prières

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Peter 15/06/2010 12:53


Monsieur le blogueur en chef.

Je vous remercie de l'intérêt que vous me portez. C'est par respect que je me fais le plus discret possible, d'autant plus qu'il y a tellement d'occasions où le silence est vérité. Quand ma mère
est décédée, le silence m'a permis de ne pas affliger davantage parents et amis. Je n'étais quand même pas pour leur dire: "désolé mais je suis incapable d'imaginer qu'elle soit encore en vie
quelque part". Quand même, mon silence a choqué bien des gens et ils m'ont fortement blâmé. Face à ces critiques, j'ai gardé le silence. Plus exactement, c'est le silence qui m'a gardé.

Ici je peux garder le silence sans heurter qui que ce soit.

J'ai peu à dire à propos de E.S. 1025. La lutte intérieure ne m'est pas si familière. Cela équivaudrait à me donner une importance que je n'ai pas. Le bien existe et il fait son chemin peu importe
ce que j'en pense. De la même façon le mal s'autodétruit, mais si lentement. Et s'il y a une entité supérieure qui "gère" tout ça, elle nous trouvera tous, un jour où l'autre.

Je vous reviens bientôt, avec une surprise.

Peter


Nicolas Journé 13/06/2010 18:59


Bien sûr, j'ai eu plus qu'une pensée pour vous dans ce sanctuaire où étaient rassemblés hélas bien peu de monde pour une cérémonie bien priante,avec une homélie d'un franciscain de Padoue, le père
Valentino, qui nous a fait prier fort à propos en explicitant les maladies cachées qui sont les nôtres! tout particulièrement spirituelles.
Que le Seigneur bénisse votre apostolat qui ne doit pas être commode, car il faut bien du discernement
cordialement à vous!


Peter 13/06/2010 14:53


Ma supplique à Saint Antoine ...

Cher Saint Antoine, si tu es encore vivant et que tu reçois ce commentaire, trouve moi qui ne trouve rien.

Peter agnostique


monSeigneur et monDieu 13/06/2010 19:34



Salut Peter,


 


Toujours plaisir à vous lire quoique vous redeveniez rare !


 


Mettez-vous par hasard en pratique le principe économique selon lequel la valeur décline de la rareté et réciproquement ?


 


Pas sur le plan des échanges humains, j’en ai peur ....Si bien que par moment nous devrions peut être le considérer, plutôt d’imposer parfois
notre point de vue, nonobstant, du non désir de l'autre!


 


Je n'ai pas souvent le temps d'écrire, d'autant que mon PC maison étant toujours en panne cela accroît ma tache, enfin ...., mais j’avais voulu
vous demander votre opinion sur ES 1025, et vu que j'ai, pour l'instant, du interrompre (sans PC je n’ai ni mes documents déjà traités, ni accès à mon scanner, mais ce n’est que momentanée), je
n’ai pas posé en acte ma pensée qui demeure. Aussi je profite de cette occasion pour vous formuler ma demande.


 


Le regard de l’«Agnostique» m’intéresse assez.


 


Et merci de votre intervention.


 


N’ayez crainte, je vous ai présenté à Saint Antoine qui se fera un plaisir de vous « retrouver » avec l’humour benoît que je pressens
en lui, quand et comme il voudra, dans le stricte respect du Plan de Dieu.


 


Veillez cependant à maintenir en vous allumée la flamme du questionnement, mais aussi tout comme ce grand enfant qui pourtant est un grand
Théologien, ne vous prenez jamais au sérieux et surtout : Aimez votre prochain, puisqu’en lui c’est Celui que vous ne savez pas s’Il existe que vous aimez, tout en vous grandissant sur le
plan humain dans ce monde qui devient de plus en plus trop égocentrique, charnel, irrespectueux. 



Que le Seigneur vous bénisse et vous garde de tous mal et dangers actuels et à venir (Nico, c’est volontairement que j’ai mis le premier au singulier et l’autre au pluriel, sic !!! J’ai le
droit de m’amuser me semble t’il !).



Nicolas Journé 13/06/2010 08:47


et obtiens pour ton serviteur la grâce de la bonne orthographe! Amen


monSeigneur et monDieu 13/06/2010 18:47



Bonjour Nicolas,


 


Fort aise de vous lire, d’autant que votre remarque juste, mais un tantinet acerbe, témoigne comment nous pouvons nous laisser mener par nos
basses pulsions (j’ai vu votre 2ème com) que nous regrettons souvent après coup. Puissions nous ainsi que nous y invite Jacques (ch 3, 8-10) à méditer sur le pouvoir de la langue dont nos mains
ne sont que les instruments.


8  La langue, au contraire, personne ne peut la dompter : c'est un fléau sans repos. Elle est pleine d'un venin mortel.9 
Par elle nous bénissons le Seigneur et Père, et par elle nous maudissons les hommes faits à l'image de Dieu.10  De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas,
mes frères, qu'il en soit ainsi.


 


Ce clin d’œil de Saint Antoine rassurez-vous ne tombe pas que dans votre sébile, la mienne aussi à souvent tendance à être à vue
d’oeil !


 


Par ailleurs cela ne pose aucun problème, des fautes attendez-vous toujours à en avoir car je n’ai pas souvent le temps de me relire et je sais
comme l’indique si justement Peter, nul n’est à l’abri. Mais cela m’a valu le plaisir de lire Peter que j’apprécie beaucoup et que je remercie de son intervention.


Donc « Merci ! » à Saint Antoine qui nous vaut à tous deux un petit cadeau et bénéficiaire, si vous avez été fidèle à vos dires,
d’une petite pensée que vous lui avez adressée en ma faveur. Puisse t’il nous aider par son intercession à progresser dans la foi.



Que Dieu vous bénisse et vous garde et merci encore de savoir réagir (votre 2ème com) car peu en sont capables.